Les Smart Grids

Le système électrique français

Le système électrique français est divisé en 4 grandes activités :

La production

Elle est répartie en deux catégories :

  • la première, dite « centralisée », est constituée des centrales électriques (nucléaire, charbon, gaz, grand barrage hydroélectrique, etc.) et produit actuellement 85 % de l’énergie consommée en France,
  • l’autre, décentralisée (éolienne, photovoltaïque, petit barrage hydroélectrique etc.) ne représente actuellement donc que 15 % de l’énergie consommée mais cette énergie est renouvelable et va se développer rapidement : elle pourrait être portée à 32 % en 2030 grâce à la loi sur la transition énergétique du 17 août 2015.

La production est réalisée par des acteurs multiples, c’est une activité concurrentielle.

La distribution

Le réseau de distribution, propriété des collectivités territoriales, prend la suite du réseau de transport, au niveau des « postes sources ». Le réseau de distribution, avec des niveaux de tension allant de 20 000 à 230 Volts, peut être comparé aux routes nationales et départementales. Il alimente aussi bien les petites et moyennes entreprises (via le réseau dit « HTA ») que les particuliers et les petites entreprises (via le réseau dit basse tension ou « BT »). Il collecte aussi l’électricité produite de façon décentralisée, que ce soit par les parcs éoliens, photovoltaïques ou encore les petites et moyennes installations hydrauliques.

Les collectivités concèdent la gestion de leur réseau à des sociétés : ERDF est ainsi le concessionnaire sur 95 % du territoire français et les 5 % restants sont gérés par des Entreprises Locales de Distribution (ELD). L'ensemble de ces gestionnaires de réseau de distribution sont garants de la qualité et de la sécurité d’approvisionnement pour le compte des communes.

Le transport et la distribution sont des activités régulées. En effet, le réseau électrique étant unique il ne peut y avoir de concurrence dans l’acheminement de l’électricité et c’est donc une autorité indépendante de régulation, la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), qui veille au bon fonctionnement des marchés électriques au bénéfice du consommateur.

Le transport

Le réseau de transport, dont RTE est responsable pour la totalité du territoire, est « l’autoroute » de l’électricité. Au départ des centrales de production et des réseaux des pays voisins, le réseau de transport achemine l’électricité, sous des tensions allant de 400 000 à 63 000 Volts (à comparer aux 230 Volts de nos prises de courant), sur de longues distances et dans le but de minimiser les pertes. Ce réseau, égalementnommé « HTB », alimente les grands consommateurs industriels et le réseau de distribution. Il collecte également l’énergie produite de façon décentralisée par les installations de plus grandes tailles, que sont, par exemple, les grands parcs éoliens en mer.

Les interconnexions avec les pays adjacents permettent de réaliser des échanges d’électricité (dans un sens ou dans l’autre) avec nos voisins européens en cas de besoin.

La fourniture

La vente d’électricité (fourniture) est ouverte à la concurrence (depuis 2000 pour les très gros consommateurs et progressivement jusqu’à 2007 pour les clients particuliers). Tous les clients peuvent donc choisir leur fournisseur parmi un large panel pour souscrire un contrat d’électricité.

Représentation schématique du système électrique français. Source : CRE (Commission de Régulation de l’Énergie).